La sortie de l’UE des énergies russes ne doit pas la rendre dépendante des combustibles fossiles d’autres pays, alertent onze ex-commissaires européens

Bruxelles, 03/05/2022 (Agence Europe)

Onze anciens commissaires européens ont adressé une lettre commune à la Commission européenne, mardi 3 mai, afin de lui demander de veiller à ce que les actions à court terme visant à sortir l’Union européenne de sa dépendance à l’égard des combustibles fossiles russes n’enferment pas l’UE dans une dépendance à l’égard des énergies fossiles provenant d’autres pays. 

Rédigée à l’initiative de Connie Hedegaard et Pascal Lamy, la lettre appelle ainsi à « une transformation profonde du système (énergétique) », car « la simple diversification des importations de combustibles fossiles ne servira qu’à maintenir la dépendance énergétique de l’UE vis-à-vis d’autres pays, dont beaucoup ne respectent pas les valeurs de l’UE ».

Les onze signataires recommandent par conséquent d’accroître l’ambition de certaines propositions du paquet législatif sur le climat (‘Fit for 55 package’), à savoir : la révision de la directive européenne sur les énergies renouvelables (RED II), la révision de la directive sur l’efficacité énergétique (EED), la révision de la directive sur la performance énergétique des bâtiments (EPBD) et la révision des normes de CO2 pour les voitures et les camionnettes neuves.

Ils demandent également à la Commission de retirer son projet d’acte délégué complémentaire prévoyant d’inclure le gaz fossile dans la taxonomie de l’UE en tant qu’activité transitoire (EUROPE B12921A26), ainsi que d’ajuster son paquet gaz présenté en décembre (EUROPE B12854A11) afin d’éviter des effets de verrouillage (‘lock-in’) dans le gaz fossile. 

Voir la lettre : https://aeur.eu/f/1gr  (Damien Genicot)